Homélie du père Arnaud – Pâques (21 avril 2019)

 Dans Homélies

Frères et sœurs, après la veillée pascale, cette nuit, un enfant de 5 ans et demi de la paroisse m’a raconté que lundi dernier il a terminé un puzzle de 1000 pièces, avec ses parents quand même. Cela faisait des mois qu’il l’avait commencé. Il l’a terminé lundi, et ce puzzle de 1000 pièces représentait Notre Dame de Paris.

 

Dieu ne cesse de nous faire signe, et Il nous fait signe par la Vierge Marie, spécialement à nous peuple de France, une France littéralement constellée de sanctuaires et de lieux d’apparition de la Vierge Marie. C’est extraordinaire de voir à quel point Dieu nous fait signe par la Vierge Marie. Lundi Il nous a fait signe en nous montrant à quel point notre Eglise doit se laisser purifier par la grâce de Dieu, comme l’or au creuset, par le feu. Et toute purification est douloureuse. Mais Il nous fait signe aussi en ravivant des trésors de foi et d’amour, et d’unité, et de générosité. Et vraiment dans une France malade et divisée à l’extrême, Notre Dame a suscité un magnifique élan dans les cœurs, et cela justement dans une Eglise éprouvée et purifiée.

 

Oui, Dieu nous fait signe, Dieu nous fait signe par la vierge Marie, et ne soyons pas comme ceux à qui le Seigneur Jésus reprochait de ne pas savoir lire les signes des temps.

 

Le vendredi saint, avant de remettre l’Esprit et de s’abandonner à son Père dans la mort sur la croix, Jésus a confié le disciple bien-aimé à Marie. « Femme, voici ton fils, voici ta mère ».

Puisque le Christ est mort pour nous, nous sommes tous ses bien-aimés. C’est nous tous que le Christ a confiés à Marie comme à notre mère pour nous guider sur la route de la vie chrétienne.

 

En cette grande fête de la Résurrection du Seigneur, je vous propose de regarder vers Marie pour mieux suivre le Christ. Que Marie nous aide à vivre jusqu’au bout notre baptême, c’est à dire notre plongée dans la mort et la résurrection du Christ. Ensemble, laissons-nous guider par Marie dans ce mystère de Pâques, qui est à la fois le mystère de la Résurrection et le mystère du don de l’Esprit Saint à la Pentecôte.

 

Comment Marie a-t-elle vécu ce mystère de la Résurrection ? Que pouvons nous apprendre des témoignages recueillis dans l’Ecriture Sainte ? C’est bien simple, ils ne nous disent rien. Aucune apparition du Ressuscité à sa mère. Cela semble tellement incroyable que certains ont voulu à tout prix imaginer que Marie aurait bénéficié de la première manifestation du Christ ressuscité. Mais notre foi chrétienne ne repose pas sur l’imagination, mais sur le témoignage de ceux qui ont connu et aimé le Seigneur. Et ils ne nous disent rien d’une telle rencontre entre Marie et son Fils ressuscité. Et c’est justement parce que les évangiles ne nous disent rien d’une rencontre entre Marie et son Fils ressuscité qu’en ce jour de Pâques, je vous propose de suivre Marie.

 

J’aime beaucoup ce silence des évangiles. Au début de l’évangile, Elisabeth s’adresse à elle en lui disant : « bienheureuse celle qui a cru à l’accomplissement de la Parole ! »

 

Marie au pied de la croix est transpercée comme son Fils d’un glaive de douleur, mais Marie est debout. Stabat mater, comme nous le chantons lors de la fête de Notre Dame des douleurs. Debout, Notre Dame éprouvée. Marie se tient debout dans la douleur parce que sa foi reste intacte. Marie est intimement unie à son Fils qui sauve le monde. Elle est sûre dans sa foi de la victoire, et en même temps elle est dans un abîme de douleur. Comme à l’Annonciation, et comme au pèlerinage au temple quand Jésus avait 12 ans, Marie ne comprend pas tout, Marie ne sait pas comment va s’accomplir la volonté du Père. Marie est en même temps dans la foi et dans la nuit, dans la nuit étoilée de la foi, comme disait Claudel. Et nous aussi, nous pouvons être dans la nuit sans cesser d’être dans la foi.

 

Si Jésus s’est manifesté ressuscité à ses disciples, c’est pour venir en aide à leur manque de foi. Pierre ne veut pas croire les femmes. Thomas ne veut pas croire les autres apôtres. Tous les témoignages concordent, c’est malgré leur incrédulité persistante que les disciples ont fini par admettre le fait de la Résurrection. Marie dont la foi était si pure n’avait pas besoin d’une telle manifestation.

 

J’aime aussi ce silence des évangiles parce que nous aussi, disciples bien-aimés confiés à Marie, nous avons à purifier notre foi de toute incrédulité. Bien sur, nous avons à croire sur le témoignage des disciples qui ont vu le Ressuscité, qui ont mangé et bu avec lui après sa Résurrection d’entre les morts. Mais puisque nous sommes confiés à Marie comme à notre mère, nous pouvons encore plus nous appuyer sur la foi de Marie qui n’a pas failli. Comme un petit enfant s’appuie sur la foi de ses parents pour prier. Nous pouvons nous appuyer sur la foi toute simple de Marie qui nous fait passer directement du Christ donnant sa vie par amour sur la croix à la certitude de la vie éternelle.

 

L’Ecriture ne nous dit rien d’une rencontre entre Marie et Jésus ressuscité, parce que Marie dans le mystère de Pâques, c’est d’abord la simplicité de la foi.

Lorsque l’Ecriture nous présentera à nouveau Marie, ce sera encore au cœur de ce mystère pascal, le jour de la Pentecôte. Marie se trouve au milieu des apôtres en prière. Marie que l’ange Gabriel appelait « comblée de grâce », Marie qui s’est trouvée prise sous l’ombre de l’Esprit du Très-Haut, Marie est en prière. Marie prie pour que l’Esprit-Saint dont elle est comblée soit répandu sur toute chair, comme Jésus l’a promis.

Puisque nous avons été confiés à Marie au pied de la croix, comme une bonne Mère elle ne nous oublie pas. Marie prie pour que nous soyons nous aussi comblés de l’Esprit Saint. Dans ce temps pascal qui commence et jusqu’au jour de la Pentecôte, ouvrons nos cœurs au Don de l’Esprit Saint !

 

Frères et sœurs, cette nuit nous avons célébré le baptême de Sophie, une mère de famille, et de 4 jeunes. Sophie a communié pour la première fois, et avec Sylvie, elles seront bientôt confirmées ainsi que des jeunes de nos paroisses. Frères et sœurs, il vous revient d’inviter personnellement à la foi ceux qui vous entourent et ne connaissent pas encore le Seigneur, qui ne l’ont pas rencontré personnellement. Nous ne pouvons pas garder pour nous le trésor de la foi !

 

Au pied de la croix se tenait Marie. C’est là que nous tous, disciples du Christ, nous lui avons été confiés. Dans la foi, Marie a traversé le mystère de Pâques. Dans la prière, elle a demandé que l’Esprit Saint nous soit donné. Comme elle est notre mère, demandons lui de nous fortifier dans la foi et la prière, demandons-lui d’achever en nous la transformation du disciple en missionnaire de l’évangile. Je vous invite maintenant à confier à Marie une personne de votre entourage qui ne connaît pas le Christ ou qui s’est éloignée de lui, une personne que vous inviterez à retrouver le chemin de la foi.

 

Ensemble, prions pour ces personnes… (silence)

 

Je vous salue Marie…

Derniers articles
Contactez-nous

Pour toute demande d’information

Saisissez le terme recherché puis appuyez sur la touche Entrée

', 'auto'); ga('send', 'pageview'); ga_fired = true; } }, true);