Retour sur le parcours du père Alexis Mainguy

 Dans Actualités, Saint Gildas de la Mer, Saint Jean Baptiste en Retz

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès du père Alexis Mainguy ce lundi 16 septembre 2019.

Le père Mainguy était né le 15 janvier 1932 à Rouans. Ordonné prêtre en 1960, il servira de nombreuses paroisses du Pays de Retz. Après avoir été vicaire successivement à Saint-Colomban, Avessac, La Chapelle-Basse-Mer, Saint-Père-en-Retz et Vallet (1962-1982), il est nommé curé de Boussay (1982-1990) puis de Frossay (1990-2002), Saint-Viaud (1994-2002) et Chauvé, Saint-Père-en-Retz et La Sicaudais (2001-2002).

C’est à ce moment qu’il rejoint Pornic et devient prêtre coopérateur pour la paroisse Saint Jean le Baptiste en Retz. En septembre 2009, du fait du rapprochement de nos deux paroisses, il sert également la paroisse de Saint Gildas de la Mer.

En 2014, le père Mainguy rejoindra la maison de l’Immaculée et deviendra prêtre accompagnateur de l’aumônerie de la maison Saint Joseph à Nantes.

C’est à Nantes, au Centre Catherine de Sienne, que le père Mainguy est décédé dans sa 88ème année. Sa sépulture aura lieu le vendredi 20 septembre 2019 en la chapelle de la Maison Saint Joseph (rue Gaston Turpin – Nantes) suivie de son inhumation au cimetière de Saint-Donatien de Nantes.

Tous ceux qui l’ont connu se rappelleront son sourire et sa gentillesse. Sans oublier… son espièglerie et son sens de l’humour ! Il était le premier à plaisanter de sa petite taille et aimait taquiner, toujours gentiment, ceux qui l’entouraient.

Retrouvez ci-après deux documents que vous aviez déjà pu consulter sur notre site Internet. D’une part, le texte que le père Mainguy avait accepté de nous écrire pour répondre à la question « Pour vous, qui suis-je » à l’occasion de la clôture de l’année sacerdotale de 2010, d’autre part sa dernière homélie en tant que prêtre coopérateur dans nos paroisses, prononcée le 31 août 2014 à l’occasion de la Fête de la Saint Gilles à Pornic et qui correspondait à son départ de Saint Jean le Baptiste en Retz et Saint Gildas de la Mer.

 

A l’occasion de la clôture de l’année sacerdotale, concrétisée dans notre paroisse par la journée Fêtons nos Prêtres qui s’est déroulée le 20 juin 2010 à Monval, chaque prêtre de Saint Gildas de la Mer et Saint Jean le Baptiste nous livre quelques clefs pour répondre à cette question : Pour vous, qui suis-je ?

 

Prêtre et heureux de l’être.

Une de mes sœurs venait de mourir d’une opération bénigne. Elle avait dix-huit mois de moins que moi, donc très proche, elle l’est toujours. C’est cette même année que je suis entré au Grand Séminaire de Nantes. Ma vocation se précisait et mon désir d’aller jusqu’au bout ne m’a jamais quitté. Deux ans de service militaire obligatoire que je n’ai pas regretté m’ont aidé à entrer dans la vie des hommes. L’appel de l’Evêque qui m’a ordonné prêtre en même temps que le Père Célestin, moine de Tibhirine, m’a fait serviteur du Christ et de son Eglise, le 17 décembre 1960. De ce fait, je suis un homme et un prêtre marqué par Noël : je suis très sensible à toute naissance, à toute renaissance. C’est pourquoi, je mesure ce cadeau de Dieu d’être prêtre, surtout quelques jours avant Noël : c’est le plus cadeau de Dieu.

Pour vous, qui suis-je ? Tout au long de ma vie de prêtre, des personnes m’ont souvent dit « Monsieur l’Abbé, vous courrez toujours ! »… parce que je ne sais pas marcher et le temps presse d’aller vers les autres avec le Christ qui me pousse. Aimer et servir les autres comme le Christ et avec Lui sont les maîtres-mots qui m’ont guidé et m’ont permis d’avancer.

Je suis et j’ai toujours été un prêtre heureux :

– Heureux de partager la vie des familles, leurs joies et leurs peines. J’écoute leurs difficultés et, par la prière, je prends part à la vie de tous et je chemine avec les malades, les anciens.

– Heureux d’échanger en des pays lointains, avec d’autres chrétiens, avec d’autres prêtres d’Eglises différentes. J’aime voyager pour enrichir ma culture et surtout approfondir ma foi et prier avec des chrétiens dans leur pays, rencontrer des hommes et des femmes qui vibrent à l’Universel.

– Heureux aussi de revenir vers vous, au Presbytère, pour mener la vie de prêtre dans les services que l’Evêque m’a confiés, en partageant la foi et la joie des chrétiens et des prêtres rencontrés.  Je poursuis des liens avec des prêtres catholiques malgaches, roumains, burkinabés, camerounais, sénégalais et aussi avec des prêtres orthodoxes. J’aime l’Eglise Universelle.

– Heureux également des rencontres avec des Religieux et des Religieuses de nombreuses Congrégations ici et ailleurs : j’ai avec eux des liens forts de partage, d’amitié et de prière. Aux moines et aux contemplatives : je confie facilement les joies, les difficultés, les deuils de celles et ceux qui remplissent mes pensées et mes journées.

L’Eucharistie nous réunit encore plus les uns et les autres, et surtout entre prêtres, et je le signale souvent en terminant mes courriers avec eux. Chaque messe est pour moi l’occasion d’associer les vivants de la terre et les vivants qui nous précèdent près du Seigneur.  Ils me sont tous très présents.

Père Alexis Mainguy

 

HOMELIE DE DEPART DU PERE ALEXIS MAINGUY

Pornic, dimanche 31 août 2014

Frères et Sœurs bien aimés du Christ Jésus, chers amis,

Nous sommes heureux de fêter Saint Gilles à la veille  du 1er septembre, fête du pays, notre fête patronale, le Saint protecteur de notre belle cité de Pornic, de tous ses habitants, permanents ou saisonniers. Oui, nous sommes fiers de notre cité ouverte sur l’Océan.

Chaque année, il est nécessaire de redire quelques mots sur St Gilles, avant de vous dire au-revoir et surtout merci sans oublier personne.

Qui était St Gilles ? Les historiens le situent au sixième siècle. Il viendrait d’Athènes. En Grèce, il a acquis une solide formation et en homme cultivé, il aurait écrit des livres sur la médecine et la poésie. Il débarque à Marseille, se retire à Arles près de l’Evêque St Césaire de grande renommée. Puis, il vit dans la solitude de la Crau se nourrissant de racines, de plantes sauvages et de lait d’une biche devenue familière.  A la vue de faits extraordinaires, de miracles, la foule accoure vers lui. Un, jour, la biche de Gilles pourchassée vint se réfugier près de lui qui la protège et la main du saint homme reçoit la flèche du chasseur. C’est ainsi que Gilles est représenté au fronton de l’église au –dessus de la grande porte et dans un vitrail du chœur de l’église. St Gilles est honoré dans le Gard, la localité porte son nom : Saint Gilles du Gard.

Un homme de Dieu, de prière, de silence, un homme d’écoute et de conseil. Un homme amoureux de la Création, protecteur de toutes les créatures dans le respect de l’environnement. Un homme de Dieu qui nous invite à marcher sur ses traces dans le temps qui est le nôtre.

Nous sommes ici en Eglise, avec la présence de nombreux prêtres, comme vous le constatez. Ce n’est pas nous qui sommes importants, c’est L’Eglise que nous formons, celle de nos prédécesseurs depuis les Apôtres jusqu’à ce jour avec les religieux et religieuses et vous tous. L’Eglise ne s’arrête pas en ce jour, elle continue sa mission, celle de Jésus Christ. Tout cela pour vous dire simplement des prêtres partent, un autre arrivera et sera le bienvenu pour vous tous. Vous saurez l’accueillir comme l’Envoyé du Seigneur, le Père Manuel Raguet. Ceux qui partent : le Père Vincent Cormier, après deux ans d’abord comme séminariste puis diacre chez nous, et prêtre depuis juin dernier, Vincent part pour Ste Marie en pays d’Ancenis. Le Père Michel Poupard, après deux années passées ici, part à Josselin, dans le Morbihan, membre de la Communauté du Verbe de vie.

Je termine par votre serviteur, Alexis Mainguy pour ceux qui ne me connaissent pas. Je vais rejoindre la Maison de l’Immaculée au centre de Nantes où réside une bonne vingtaine de prêtres encore valides, capables de servir l’Eglise diocésaine de manière ponctuelle. Au cours des douze années passées sur la Côte de Jade autour de Pornic, j’ai aimé, j’ai apprécié votre accueil, votre convivialité, votre partage qui me touchent profondément le cœur. 12 années c’est un beau et bon bail. Vous m’avez chaleureusement accueilli et je vous en suis très reconnaissant. Paroissiens résidents, paroissiens habitués en temps de congés, membres de la municipalité  et la police municipale, membres de l’Orchestre d’harmonie, compagnie de la SNSM,  groupement des Sapeurs-Pompiers, compagnie de la gendarmerie nationale, marchands de rue, marins pêcheurs, plaisanciers,  vacanciers je voudrais que personne  ne se sente exclu de cette énumération  sans doute incomplète, que de rencontres, de partage des joies et des peines, ici vous êtes tous ma famille, je vous ai aimés de tout mon cœur de prêtre, sans faire de distinction entre les uns et les autres et vous me le rendez bien. Ce qui m’a marqué le plus ici, c’est la préparation et la célébration de baptême d’enfants et de Jeunes d’âge scolaire, l’accompagnement des familles en deuil avec les temps de formation et de relecture avec des laïcs bénévoles, le baptême festif de la vedette SNSM Pays de Retz actuelle, rencontre du jumelage à Baïona avec les espagnols, rencontres inédites sur le sentier des douaniers, et bien d’autres… Deux équipes me sont chères : l’équipe d’A.C.I. avec une rencontre mensuelle : partage de la Parole de Dieu et ensuite de nos vies sur un thème donné par le Mouvement national. De même l’Equipe d’hommes du Rosaire, un mouvement national et international, avec une réunion mensuelle de prière et partage d’un mystère du Rosaire dans notre vie, c’est l’équipe Notre Dame de la Nativité, tout un programme. A travers cette énumération je retiens au plus profonde de mon être ces rencontres, ces hommes et ces femmes, les visages, les regards, les cœurs. J’ai deviné beaucoup d’amour. Je me dois de citer le Père Rémy Crochu, votre ancien curé. Nous avons pris le temps de nous apprivoiser. Nous avons partagé des peines et des joies du ministère paroissial et de nos vies familiales. Nous avons été ensemble pendant 9 années, de riches années, ce n’est pas rien cette cohabitation que je ne peux pas oublier. Le Père Rémy m’a envoyé une longue lettre avec le rappel des « Visitations » qu’il a faites dans les communautés, c’est lui qui a créé ces relations et cette forme d’évangélisation, il m’a rappelé aussi les pèlerinages paroissiaux, celui d’Assisse en particulier avec le groupe JIL.  Avec la Parole de St Jean Baptiste qui vaut aussi pour moi « Il faut qu’il croisse, que Jésus croisse et que moi je diminue » Je m’approprie cette Parole en cette nouvelle page de ma vie de prêtre.

J’aimerai toujours Pornic et ses habitants. Aussi, j’aimerai tellement vous saluer personnellement et vous dire un très grand merci.

Ce merci, je l’adresse au Seigneur Jésus pour vous, dans la prière et dans l’Eucharistie de chaque jour, pour que le Seigneur vous comble de ses dons d’Amour et de Paix en ce qui concerne votre collaboration nécessaire et efficace. Je vous confie tous à la Vierge Marie, « l’étoile de la mer », qu’elle soit votre guide quotidien, votre protectrice. . Ce merci c’est bien le sens de l’action de grâces en cette Eucharistie que nous partageons ensemble aujourd’hui. Rappelez-vous toujours que l’Eglise poursuit sa mission d’évangélisation, ici et ailleurs, par ses pasteurs selon le cœur de Dieu, pour la Gloire de Dieu Notre Père et le salut des hommes par Jésus Christ, notre seul Sauveur et notre frère universel. Rayonnons la joie de l’Evangile, la joie de Jésus Christ. AMEN.

Père Alexis Mainguy

 

 

Derniers articles
Contactez-nous

Pour toute demande d’information

Saisissez le terme recherché puis appuyez sur la touche Entrée

', 'auto'); ga('send', 'pageview'); ga_fired = true; } }, true);