Homélie du père Arnaud – Toussaint

 Dans Actualités, Homélies

Chers frères et sœurs, l’Eglise nous invite célébrer la fête de tous les saints.

 

Comment ne pas penser d’abord à ceux qui viennent d’être assassinés alors simplement qu’ils étaient venus prier dans une église ? Comment ne pas penser à la douleur de leurs proches et des autres paroissiens ? C’est en célébrant l’Eucharistie que nous faisons justement l’expérience de la communion des saints, communion au Christ et à tous ceux qui lui sont unis, sur la terre comme au ciel.

 

Et précisément, nous allons être privés de la célébration commune de l’Eucharistie. Vous allez être privés de la communion eucharistique, et cela pour une période qui est susceptible malheureusement de se prolonger. Cette homélie n’est pas le lieu de discuter du bien fondé de cette décision. Je sais très bien que dans cette église nous avons sur ce sujet des perceptions très divergentes, et je n’ai aucune légitimité pour vous asséner ma vision des choses.

Par contre il me semble très important de nous laisser éclairer par le Seigneur pour voir comment nous allons continuer à recevoir sa vie, et non seulement la recevoir comme disciples, mais communiquer sa vie, annoncer sa victoire, proclamer l’évangile du Salut, c’est-à-dire rester authentiquement missionnaires.

Ce confinement ne peut pas faire régresser notre vie chrétienne à une vie de disciple caché, une vie chrétienne qui serait seulement individuelle.

Nous devons apprendre à rester disciples missionnaires dans ces conditions particulières.

Depuis hier j’ai reçu de nombreux signes en ce sens. Par exemple un groupe de prière qui veut rester en communion, des catéchistes qui ont organisé avec l’école ou le collège le moyen de continuer à rencontrer les enfants et les jeunes. Ou encore l’organisation de visites de soutien par l’aumônerie dans une maison de retraite de la paroisse.

Il ne s’agit pas de braver les interdits, mais dans le respect des règles sanitaires de poursuivre ce qui est essentiel : vivre et témoigner du Christ, sel et lumière dans nos vies.

 

Nos paroisses doivent continuer à déployer cette vie chrétienne par laquelle nous devenons des saints.

La prière bien sûr, elle se vit essentiellement dans une communion intérieure, mais cette communion intérieure sera soutenue par la retransmission de la Messe dominicale et d’autres suggestions sur le site de nos paroisses. A chacun de se ménager dans le confinement un espace intérieur et un temps pour prier.

La formation peut elle aussi être d’une certaine manière bénéficiaire de ce temps. Sur le site vous trouvez déjà deux formations en ligne : le mooc de la Messe et celui sur les actes des apôtres. D’autres propositions suivront.

Pour le service nous devrons faire preuve d’imagination, et surtout d’attention envers les plus pauvres. L’expérience a montré combien le confinement pouvait pour eux devenir extrêmement difficile. Je vous demande à chacun, comme je l’avais fait la première fois, d’établir une liste personnelle de personnes fragiles dans votre entourage dont vous prendrez soin très régulièrement durant les semaines qui viennent.

La vie fraternelle est sans doute la dimension qui sera la plus délicate à honorer durant ces jours, surtout pour ceux qui vivront seuls le confinement. Et pourtant elle demeure essentielle. Si nous faisons partie d’un petit groupe, prenons des nouvelles les uns des autres. Il faudra mettre beaucoup d’intensité dans les relations plus rares que nous conserverons. Veillons à la qualité de nos affections, veillons à utiliser toutes les manières d’aimer, retrouvons peut-être la valeur de l’écriture. Et puis, prenons soin du frère qui est toujours à notre disposition, prenons soin fraternellement de nous-mêmes !

Enfin bien sûr, après la prière, la formation, le service et la vie fraternelle, continuons aussi à évangéliser. Dans le flot parfois tumultueux des informations qui circulent, faisons un tri drastique pour communiquer les belles et bonnes choses, ce qui est utile et bien sûr ce qui est vrai. Si vous appliquez ce triple tri sélectif qui nous vient de Socrate vous verrez sans doute baisser fortement les notifications envahissantes de vos téléphones, et vous pourrez accorder toute leur valeur aux bonnes nouvelles. Pourquoi ne pas commencer dès aujourd’hui en envoyant à quelqu’un qui en a besoin l’une ou l’autre des béatitudes que nous avons entendues, une béatitude que vous aurez choisie spécialement pour lui ?

 

Frères et sœurs, nous allons poursuivre notre prière, nous allons célébrer ensemble l’Eucharistie, et pour beaucoup nous ne nous retrouverons plus avant un certain temps. Mais l’Esprit de sainteté nous unit, et nous unira d’autant plus que nous accueillerons jour après jour la grâce qui fait de nous des saints.

AMEN

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
    voyant les foules, Jésus gravit la montagne.
Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.
    Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait.
Il disait :
    « Heureux les pauvres de cœur,
car le royaume des Cieux est à eux.
    Heureux ceux qui pleurent,
car ils seront consolés.
    Heureux les doux,
car ils recevront la terre en héritage.
    Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice,
car ils seront rassasiés.
    Heureux les miséricordieux,
car ils obtiendront miséricorde.
    Heureux les cœurs purs,
car ils verront Dieu.
    Heureux les artisans de paix,
car ils seront appelés fils de Dieu.
    Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
car le royaume des Cieux est à eux.
    Heureux êtes-vous si l’on vous insulte,
si l’on vous persécute
et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous,
à cause de moi.
    Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
car votre récompense est grande dans les cieux ! »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

Derniers articles
Contactez-nous

Pour toute demande d’information

Saisissez le terme recherché puis appuyez sur la touche Entrée

', 'auto'); ga('send', 'pageview'); ga_fired = true; } }, true);